Plaine Commune

Depuis 2010 Plaine Commune sollicite la Soreqa sur un nombre croissant de quartiers dégradés.

Redonner son attractivité au centre ancien

Devant l’afflux des marchands de sommeil, la spéculation immobilière sur les immeubles privés et la paupérisation des habitants, Plaine Commune contribue à la création de la Soreqa en 2010 pour lancer la requalification du centre ancien de Saint-Denis.

Dès 2010, Plaine Commune obtient des financements de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (Anru), missionne la Soreqa et engage un vaste projet de requalification avec un volet de lutte contre les marchands de sommeil, un volet d’appropriation publique concentrée dans les deux secteurs Porte de Paris et Brise-Echalas en entrée de ville, et un volet incitatif pour mobiliser et soutenir financièrement les propriétaires privés.

Des immeubles sortent de terre

La Soreqa juste créée démarre l’opération d’aménagement en 2011.

Entre 2014 et 2019, 11 opérations ont été livrées sur les secteurs Brise Echalas et Porte de Paris, soit 347 logements réhabilités ou neufs, dont 200 logements sociaux. Notre action se poursuit avec de nouveaux îlots dégradés à traiter.

Quatre nouveaux îlots

Le traité de concession entre Plaine Commune et la Soreqa a fait l’objet d’un avenant approuvé en septembre 2018, qui intègre quatre nouveaux îlots emblématiques du centre ancien de Saint-Denis : îlot Victor Hugo, 48 rue de la République, îlot Jambon et îlot du Cygne. Ces îlots correspondent à 9 parcelles et 150 logements indignes.

Accompagner la transformation du secteur du Marcreux

Avec la Ville d’Aubervilliers elle aussi très engagée dans la lutte contre l’habitat indigne, Plaine commune a identifié deux îlots concentrant de l’habitat dégradé dans un secteur proche du canal Saint-Denis. Ce quartier, où de nombreuses activités sont encore présentes, doit connaître de profondes mutations dans les décennies à venir.

Nous avons été missionnés pour accompagner la transformation du secteur du Marcreux  dans le cadre du Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés.

En 2015, le quartiers Rosiers-Debain à Saint-Ouen a été retenu au titre d’un Projet de Renouvellement urbain d’Intérêt Régional. Des études ont été réalisées dans ces quartiers afin de définir les périmètres d’intervention, établir une liste d’adresses prioritaires et déterminer les stratégies opérationnelles.

Le traité de concession a été signé entre la Soreqa et Plaine Commune en mars 2019 portant sur le traitement de 10 îlots d’habitat dégradé, soit 27 adresses. Le traité met en place un projet global de traitement de l’habitat indigne : les bâtiments ciblés seront réhabilités, ou démolis et remplacés par des constructions neuves. 100 logements sont programmés, dont 25 logements sociaux.

Comme Est Ensemble avec le dispositif intercommunal de lutte contre l’habitat indigne, Plaine Commune a mis en place le dispositif « multisite » confié à la Soreqa pour intervenir en diffus sur des immeubles particulièrement dégradés du territoire. Le traité de concession signé le 28 novembre 2018 porte sur le traitement de quatre îlots, dans le centre ancien de Stains (îlot Manchot/Robert Vignes), à Pierrefitte (rue de Paris), et à La Courneuve (îlots Jaurès/Roux et Prévoyants). Les objectifs de la Soreqa restent les mêmes : requalifier et réaménager des îlots d’habitat dégradés et repenser leur organisation en prêtant une attention particulière à l’insertion urbaine, notamment en lien avec l’espace public. Le traitement multisite s’inscrit dans une stratégie globale de lutte contre l’habitat indigne.

Au total, 164 logements sont programmés dans les opérations, dont 85 logements sociaux.
Un traité de concession entre Plaine Commune et la Soreqa portant sur la copropriété dégradée « Les Fauvettes » à Pierrefitte-Sur-Seine a été signé en octobre 2019.
Cette copropriété de 136 logements est située dans le périmètre du Nouveau Programme de Renouvellement Urbain (NPNRU) « Fauvettes-Joncherolles ». Suite à une étude achevée en 2017, la démolition, envisagée comme la seule solution viable et pérenne, a été actée par l’ANRU et l’ensemble des partenaires. La Soreqa est chargée d’acquérir les lots, de reloger les occupants et de démolir les deux bâtiments « Fauvettes ». Des équipements publics sont programmés à l’issue de l’opération.
Fermer le menu