Au 110 rue de la Roquette Paris 11e, un ancien hôtel insalubre laisse place à 8 logements sociaux

Ce lundi 5 mars, un accueil était organisé pour les habitants qui ont récemment emménagé dans cet immeuble entièrement réhabilité. Un moment convivial et chaleureux où les habitants ont pu échanger avec Ian Brossat, adjoint à la Maire de Paris chargé de toutes les questions relatives au logement, à l’habitat durable et à l’hébergement d’urgence, Patrick Bloche, adjoint à la Maire de Paris chargé de toutes les questions relatives à l’éducation, à la petite enfance et aux familles, François Vauglin, maire du 11e arrondissement, mais également Sandrine Charnoz, Valérie de Brem, Nathalie Loiseau et Franck Boucher, ainsi que l’architecte, Anne Forgia de l’agence Arteo Architectures.

La parcelle se composait d’un bâtiment sur rue datant du 19e siècle à R+4+combles, comprenant un niveau de sous-sol de plusieurs caves voûtées. Une cour située à l’arrière, d’environ 45 m², était construite sur la quasi-totalité du rez-de-chaussée. Cet immeuble a été confié à la Soreqa dans le cadre d’une concession d’aménagement avec la Ville de Paris, en vue de traiter les îlots et parcelles présentant des caractères d’habitat dégradé.

Lors de son acquisition à l’amiable par la Soreqa, l’ancien hôtel était partiellement vacant, hormis les deux commerces en rez-de-chaussée encore en fonctionnement. Après une phase de diagnostic sur l’état du bâti, elle a étudié les différentes interventions possibles et leur faisabilité, y compris économique et juridique, en prenant l’attache de tous les services concernés : Architectes des Bâtiments de France, Commission du vieux Paris, droit des sols, concessionnaires …

En parallèle, elle a procédé aux travaux de mise en sécurité des lieux, avant de céder l’ensemble à Élogie-Siemp le 13 janvier 2014. L’objectif de cette opération était la réhabilitation de l’immeuble existant afin de réaliser 8 logements sociaux et 2 locaux d’activité, répondant aux normes d’accessibilité actuelles. Pour ce faire, un curage intégral des intérieurs, comprenant la dépose de l’escalier existant, a notamment été nécessaire pour reconstituer des plateaux entiers et permettre l’aménagement de logements. Un nouvel escalier ainsi qu’un ascenseur ont été créés.